Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
63796 € COLLECTÉS
91 %
Je fais un don

Déféquer accroupi est meilleur pour la santé

17 septembre 2018 / Nara Petrovič

De nombreux peuples du monde défèquent accroupis et s’en portent mieux que ceux qui s’assoient. Car cette position prévient de nombreux troubles digestifs ainsi que le cancer du côlon, explique l’auteur de cette tribune. Qui plaide pour lever le tabou sur cet acte naturel.

Nara Petrovič est voyageur pieds nus à travers le monde, écrivain, animateur et conférencier. « Fécologiste » autoproclamé, il étudie et enseigne la défécation naturelle comme partie intégrante du génie humain.

Nara Petrovič.

La langue française n’a pas de terme neutre pour la « merde », mon principal domaine de recherche. Tous les mots existants sont ou froidement cliniques, ou vulgaires et argotiques, ou enfantins : « selles », « matière fécale », « déjections », « excréments », « merde », « daube », « crotte », « caca », « popo ». « Déféquer », « aller à la selle », « chier », « caguer », « aller au pot »… Merde ! Expulser les excréments de notre anus est quelque chose de tellement trivial, pourtant nous en faisons tout un drame ! Pour certains d’entre vous, cette simple introduction au caca relève peut-être déjà même de l’obscénité.

Mais je vais quand même continuer, dire « merde » à ce tabou, et aborder la question de notre paranoïa collective des toilettes. Il est évident que nous ne voulons rien savoir de notre propre merde, nous tirons la chasse quand nous en avons terminé avec elle. Pour la faire disparaître loin de nos yeux, parce que nous n’en avons tout simplement rien à chier ! Nous sommes devenus étrangers à l’acte élémentaire de la défécation, incapables de caguer comme des êtres humains normaux, voilà donc pourquoi il devient nécessaire de nous intéresser de plus près à cette matière !

Je parle de la science de la merde, et je l’appelle « fécologie ». La fécologie étudie tout ce qui touche à la matière fécale après son excrétion. La fécologie s’intéresse à comment nous chions : dans quelle posture corporelle, dans quel état émotionnel, dans quel contexte social. Philosophiquement, la fécologie s’intéresse au bien-être élémentaire, et au bon sens le plus trivial, elle observe les actes humains tels qu’ils sont, sans préjugés culturels, connotations religieuses, ou déviances psychologiques.

« Il faut chier avec le corps entier ! » 

Je vais être le plus direct et le plus clair possible : quand vous vous asseyez pour déféquer, vous ne respectez pas votre corps, vous l’abîmez ! Pour bien faire, vous devez être accroupi.

Car voici ce qui se passe lorsque vous vous accroupissez :

  • Le rectum retrouve son alignement ;
  • Le muscle qui retient la merde se détend pour la laisser passer ;
  • Le muscle au bout du petit intestin se referme ;
  • Vos cuisses offrent une légère pression, un léger soutien à votre estomac (pas besoin de pousser !).

Alors que quand vous vous asseyez :

  • Le rectum reste courbé ;
  • Le muscle qui retient la merde reste tendu et empêche celle-ci de circuler vers l’anus ;
  • Le muscle à l’extrémité du petit intestin reste ouvert ;
  • L’estomac reste libre, il n’est pas soutenu par les cuisses.

C’est pour toutes ces raisons que lorsque vous êtes assis sur les toilettes, vous faites autant d’efforts pour tenter de pousser l’étron vers l’extérieur. Vous savez, ce « gnnnnnnn !! » vocal qui vient en poussant le caca depuis le rectum ? Il se trouve que, lorsque vous déféquez en position accroupie, cette tension n’a aucune raison d’être, il n’y a nul besoin de grogner, de retenir sa respiration ou de pousser de toutes ses forces.

Des toilettes sur une aire d’autoroute française.

Un paysan croate résumait la fécologie en quelques mots : « Vous savez quel est votre problème, vous, peuples civilisés ? Vous chiez uniquement avec votre cul, alors qu’il faut chier avec le corps entier ! » Une grande partie de la population mondiale défèque encore naturellement, s’accroupissant, et caguant donc « avec le corps entier ».

J’espère que vous êtes suffisamment souple pour vous accroupir et rester dans cette position quelques minutes. Ou, tout du moins, que vous êtes prêt-e à travailler pour développer cette souplesse. Mais quel intérêt auriez-vous à vous y mettre ? Eh bien, la recherche montre que les cancers du côlon sont pratiquement inexistants dans les régions où les gens s’accroupissent sur les toilettes, alors même que les habitudes alimentaires varient grandement selon les régions. Cela montre combien la posture corporelle au moment de la défécation est fondamentale. L’assise pour déféquer peut favoriser l’apparition de certains dysfonctionnements : mauvaise digestion, constipation, cancer du côlon, hémorroïdes, troubles de la tension artérielle, complications à l’accouchement, problèmes de prostate, appendicite, déformation des muscles pelviens et abdominaux, diverticulite, incontinence, manque de souplesse…

La position accroupie est l’une des postures corporelles les plus élémentaires 

Comment s’accroupir alors sur les toilettes ?

Si vous n’êtes pas capable de vous accroupir, commencez par retrouver cette posture ! Elle est l’une des postures corporelles les plus élémentaires, et la maîtriser vous fera beaucoup de bien. Une fois accroupi-e, apprenez à respirer profondément, avec le diaphragme, sans forcer sur les muscles abdominaux. Cela aide le caca à se déplacer en douceur vers l’anus (puis vers l’extérieur).

Maintenant que vous dominez l’accroupi et la respiration profonde, vous pouvez alors commencer à les mettre en place sur le siège des toilettes. Puisque le trône s’est imposé aujourd’hui à peu près partout, monter dessus en accroupi est la seule réponse qu’il nous reste. Assurez-vous d’abord que la cuvette est fermement fixée (ne montez pas sur une cuvette mal installée !). Puis, tout en posant un premier pied dessus, répartissez votre poids sur l’ensemble de la cuvette à l’aide de la main opposée, que vous pouvez retirer une fois le deuxième pied posé lui aussi sur la cuvette. Si l’opération vous semble trop hasardeuse, vous pouvez également équiper vos toilettes avec différents ustensiles : simple marchepied, support semi-circulaire embrassant les toilettes et élargissant la surface d’appui, etc.

En guise de conclusion : je m’accroupis sur les toilettes depuis 1992, et ma digestion est impeccable. S’accroupir peut paraître un tout petit investissement pour la santé, mais avec tant d’années de recul, je peux affirmer que les bénéfices sont là, tangibles. Et quand les gens me demandent si je suis certain de ce que j’affirme, j’aime répondre : reparlons-en dans vingt ans, et à ce moment, je serai certain de ce que j’affirme.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Je vis sans chaise, et ça va beaucoup mieux

Source : Nara Petrovič, traduit et adapté par Sylvain Griot. Sylvain Griot est l’auteur de la tribune « Je vis sans chaise, et ça va beaucoup mieux ».

Photos :
. chapô : Dans des toilettes en Malaisie, en 2016. kirk.is
. portrait : © Nara Petrovič
. toilettes : Wikipedia (Mintguy/CC BY-SA 3.0)

THEMATIQUE    Quotidien
12 décembre 2018
La stratégie juridique de l’État pour empêcher de manifester
Enquête
12 décembre 2018
Jean-Michel Valantin : « Changer de régime énergétique implique de changer de société »
Entretien
13 décembre 2018
La Société générale accro au gaz de schiste
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Quotidien