Gaspard Glanz : « Je couvrirai les manifestations malgré les interdictions, parce que je suis journaliste »

23 avril 2019 / NnoMan (Reporterre)

Gaspard Glanz ne « lâche rien ». Au sortir du Palais de justice, après avoir passé plus de 48 heures en détention, le journaliste a décrit les circonstances de son arrestation. Reporterre était là et a enregistré ses paroles.

Actualisation — Mercredi 24 avril 2019 L’audience publique de demande de main levée du contrôle judiciaire du journaliste Gaspard Glanz se tiendra lundi 29 avril à 13h30 devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Dans une interview avec Le Média, le journaliste explique qu’il respectera son interdiction de paraître à Paris samedi 27 avril, dans l’attente de la décision du tribunal correctionnel.

Source : Reporterre avec Nelly Terrier


Article mardi 23 avril —

Le journaliste Gaspard Glanz est sorti du Palais de justice lundi 22 avril à 20 h 40 après 48 h de garde-à-vue. Il avait été arrêté samedi, pendant la manifestation des Gilets jaunes à Paris, après avoir fait un doigt d’honneur à un policier. Il venait de recevoir une grenade entre les jambes. Il lui est interdit d’aller à Paris les samedis et le 1er mai — donc de fait de couvrir les manifestations qui se déroulent ces jours-là — jusqu’à son procès en octobre. Pour Reporterre, le photographe NnoMan était là. Il a enregistré ses propos.

Les voici en vidéo :

  • Elle commence par l’explication par un des deux avocats de M. Glanz, Raphaël Kempf, de la situation juridique (jusqu’à 2’06’’). Lire aussi ici
  • Ensuite, NnoMan raconte ce qui s’est passé depuis midi, avec les soutiens de Gaspard Glanz venus attendre sa sortie devant le Palais de justice, où comparaissaient par ailleurs des Gilets jaunes interpellés lors de la journée de samedi.
  • À 11’20’’, Gaspard Glanz sort. Ses amis l’accueillent en lui souhaitant un bon anniversaire.
  • À 13’20’’, il répond aux questions des quelques journalistes présents. Les principaux extraits de ses déclarations sont à lire sous la vidéo.



Gaspard Glanz — Je couvrirai les manifestations de samedi et du 1er mai, malgré les interdictions, parce que je suis journaliste et que je travaille, et que j’habite à Paris.

La garde à vue s’est passée assez mal, j’ai des bleus partout. Quand je me suis fait arrêter, je me suis fait écrabouiller par terre, je n’ai rien mangé depuis samedi. J’ai pu boire, mais ce n’était pas facile, il a fallu se battre, et je pense que par ma notoriété, j’ai pu boire, alors que d’autres, dans ma situation, ne pouvaient pas le faire. Je sens encore l’odeur d’urine qui doit couvrir mon corps, pour vous donner une idée de l’ambiance du commissariat.

Je suis journaliste depuis dix ans, je suis spécialiste des mouvements sociaux. J’ai déjà bossé pour tous les médias qui sont ici, mais pour eux, je ne suis pas journaliste. Quand il y a eu les attentats de Strasbourg et qu’on filmait leurs unités, ils étaient bien fiers de montrer leurs casques, leurs boucliers, leurs pistolets, là on était journalistes, on faisait leur promotion. Quand par contre, on montre leurs bavures, ce qui se passe dans les rues, la vérité de ce qui se passe dans Paris, alors on est interdit de tourner, parce qu’on pourrait montrer des choses qui ne doivent pas être vues. On a atteint un point de non retour très grave.

Je fais confiance à mes avocats pour aller librement samedi prochain ou le 1er mai, mais avec ou sans autorisation, j’y serai, quelles qu’en soient les conséquences. Parce que je suis journaliste en France, dans un pays de liberté.

Oui, je me suis emporté, j’ai fait un doigt d’honneur à un policier parce que je m’étais pris une grenade, j’ai encore le trou dans mon pantalon si vous voulez voir.

Est-ce qu’Alexandre Benalla a passé plus d’heures en garde à vue que moi ? Non. Est-ce qu’Alexandre Benalla a un contrôle judiciaire lui interdisant de se rendre sur des lieux en France ? Non. Et mon statut de journaliste n’est pas reconnu. Alors que c’est la source à 100 % de mes revenus depuis dix ans. Mon premier acte de journaliste professionnel, ça a été le sommet de l’Otan à Strasbourg, en avril 2009. Si je vous ouvre mon sac, il y a pour 15.000 euros de matériel. Est-ce que vous pensez vraiment que quelqu’un qui veut nuire aux forces de l’ordre leur balance des caméras à 3.000 euros dans la tête. Mon arrestation a détruit la moitié de mon matériel.

Parmi les journalistes qui sont ici, beaucoup n’ont pas la carte de presse. [Il interroge les quatre devant lui, deux seulement ont une carte de presse.] Il va falloir que ça s’arrête. Je couvre les mouvements sociaux depuis dix ans : la jungle de Calais, Notre-Dame-des-Landes, les différentes Zad de France, les manifestations à Paris sur la loi Travail, etc. La seule chose qu’on m’interdit de faire, c’est ça, en fait : pas d’être à Paris, mais d’aller en manifestation faire mon travail. On a déjà fait ça avec moi, à Calais.

Je pense que les journalistes devraient se relever un petit peu, faire leur travail. Pas ce qu’on leur demande de faire, mais leur travail de journaliste : montrer ce qui se passe, raconter ce qui se passe. C’est exactement ce que j’ai fait.



Question — Est-ce que vous regrettez votre geste ?

Gaspard Glanz — Bien sûr. J’aurais préféré ne pas le faire. Dans cette manifestation — j’ai les images dans le sac, en espérant que les policiers ne les auront pas effacées —, je peux vous montrer sous trois angles différents, deux policiers qui jettent des cailloux sur des manifestants, deux policiers qui font des doigts d’honneur aux manifestants. On est dans une situation où tout le monde se tape dessus, tout le monde est stressé, tout le monde est nerveux. Je n’avais pas à faire ce doigt d’honneur, c’est clair. Ce qui m’a poussé à bout, on ne le voit pas dans les images, c’est que trente secondes avant que je demande à voir le commissaire, on s’est parlé, c’est lui qui est venu me voir, il me tutoie, « Ah Gaspard, tu es là ! » C’est le commissaire de la CSI 75, la Compagnie de sécurité et d’intervention de Paris. Il vient me voir, « ça fait longtemps qu’on ne t’a pas vu, tu étais en vacances ». Il me connaissait très bien, il me tutoyait. Et je me suis pris la grenade, elle a pété entre mes deux jambes, dix secondes après lui avoir parlé. Et c’est sa compagnie qui m’a tiré dessus. C’est là que commence la vidéo où l’on me voit tourner en cherchant le commissaire. En fait, j’essaye de le voir pour lui dire, « enfin, je viens vous parler gentiment et dès que je me casse, vos collègues me tirent dessus ! » Le début de l’histoire, maintenant, vous l’avez. La moitié de la compagnie m’a vu discuter avec leur chef. Et quand je veux m’expliquer avec le commissaire, on m’empêche d’y accéder en me donnant un coup. Je n’ai pas réagi à ce coup, je n’ai pas rendu ce coup, j’ai insulté quelqu’un, c’est pas bien, c’est une erreur de ma part.



Question — Allez-vous porter plainte contre la police ?

Gaspard Glanz — Bien sûr, pour les violences que j’ai subies. Les violences en garde à vue, les violences lors de mon arrestation.

Je n’ai pas répondu à la police, mais j’ai répondu à la justice, comme d’habitude. Ils nous ont dit que j’allais sortir de garde à vue samedi soir, vous voyez, je viens de sortir à l’instant. Je crois qu’on est lundi, non ?

J’ai vraiment le sentiment que la justice n’est pas la même pour tous. Il y a eu un blanc dans la salle d’audience, je ne sais pas pourquoi c’est sorti, j’ai dit, « Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine » [le début du Chant des Partisans]. Même la procureure, elle a bugué, pendant dix secondes, elle a regardé mes avocats… C’était ma dernière déclaration au tribunal, et je pense que le message est passé. Si je me fais ré-attraper samedi dans la manif’ et qu’ils me mettent en prison parce que je filme des manifestants, qu’ils le fassent, qu’ils osent le faire. Allons-y. Si on est vraiment en démocratie et qu’on en arrive là, allons-y. Si je dois être la personne qui doit servir d’exemple pour montrer que la situation est vraiment pourrie en ce moment… Si j’avais peur, j’aurais arrêté depuis longtemps. Avant d’en arriver là, je me suis déjà pris des grenades, je me suis fait arrêter, j’ai déjà eu des contrôles judiciaires. Si je lâche l’affaire, combien de journalistes auront peur, encore plus qu’avant ? Avec ce qui vient de se passer, je ne dois pas lâcher.


  • Un de ses avocats, Me Raphaël Kempf a expliqué au sortir du tribunal la situation :

Après avoir décidé de son placement en garde à vue pendant tout un week-end, l’empêchant ainsi de diffuser les images de son travail lors de cette manifestation, le procureur a requis l’interdiction à Gaspard Glanz de paraître à Paris d’ici son procès qui aura lieu le 18 octobre. Le juge des libertés et des détentions a décidé de faire droit à ces réquisitions en interdisant à Gaspard Glanz de se présenter à Paris tous les samedis et le 1er mai. Cette mesure l’empêche de travailler, nuit à la liberté d’informer, à la liberté d’expression, à la liberté de travailler, et pourrait aboutir pour Gaspard Glanz à une espèce de mort professionnelle. Nous contesterons par les voies de droit cette décision. Il lui est reproché uniquement une infraction d’outrage à des policiers, prévue par le Code de procédure pénale, au cours d’une manifestation, policiers avec lesquels il cherchait à discuter après avoir reçu dans le genou une grenade.

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, un grand nombre de manifestants étaient toutes les semaines interdits de se rendre à Paris, les empêchant d’exercer leur liberté fondamentale de manifester. Aujourd’hui, l’institution judiciaire veut en plus interdire à un journaliste de faire son travail.

Ce n’est pas une peine, c’est un contrôle judiciaire. Ce qui le justifie, je ne sais pas, parce que cette décision n’est pas motivée. »

(revenir à la lecture de l’article)


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le journaliste Gaspard Glanz enfin libre, mais empêché de travailler à Paris

Source : Photos et vidéo : © NnoMan/Reporterre



THEMATIQUE    Libertés
20 mai 2019
Des vélos contre le béton d’Europacity
Reportage
20 mai 2019
François Léger : « Les microfermes sont le chemin vers l’autonomie alimentaire et sociale »
Entretien
18 mai 2019
Meurtre de Jérôme Laronze par un gendarme : la justice ne fait rien
Info


Sur les mêmes thèmes       Libertés