Le jardin savoure le printemps, et la tanaisie chasse les insectes

12 mai 2018 / Christine Laurent (Reporterre)

Le beau temps est là et les plantes vivaces prospèrent. Mais certaines ont échoué à s’implanter. Qant à la tanaisie, elle se révèle efficace pour freiner l’ardeur des insectes.

Soleil, chaleur et pluie...Les plantes s’épanouissent et prennent de la vigueur. Nos semis de carotte et de salade mélangée (mesclun) ne lèvent pas trop, mais les semis spontanés auxquels nous sommes maintenant habitués, tels l’arroche rouge, la coriandre ou la roquette, sont eux aussi invisibles. Heureusement pour nos récoltes, la plus grande partie du jardin est occupée par les plantes vivaces qui s’installent un peu mieux chaque année : oseille à gogo, livèche, cardon, menthe, asperge, poireau perpétuel, rhubarbe, fraise, cerfeuil musqué, consoude, ciboulette, chicorée, poirée (blette produisant peu de carde).

Plante ici vivace, l’asperge s’installe.

Pour autant, derrière cette luxuriance retrouvée, ces verts frais, ces feuilles tendres, il y a aussi des échecs. Des plantes qui ne sont pas réparties. La faute au gel ? J’y ai pensé sans trop y croire : pourquoi la lavande aurait-elle résisté quand le thym officinal, le thym citron, l’hysope, la sarriette ne sont plus que formes ligneuses décaties ? Il n’y a guère que la verveine odorante qui ait pu sans doute avoir souffert des températures en-deçà de zéro degré Celsius. Quand au romarin, les chrysomèles lui ont réglé son compte. Alors, la terre, la pluie ? Sans doute un mélange des deux. Ces plantes méditerranéennes préfèrent les sols calcaires et bien secs. Elles se plaisent au pays de Giono et non dans le lit d’une rivière d’Ile-de-France !

La tanaisie, un repoussoir à insectes.

Voulant les disséminer dans le jardin, j’avais minutieusement préparé des boutures cet automne en plongeant les ramifications ligneuses en terre pour ne laisser à l’air que les pointes feuillues. Tout est foutu... Dommage car ces plantes aux odeurs entêtantes font tourner la tête des insectes inféodés à une famille de légumes, les ralentissant dans leur quête de nourriture. Ici, la plante reine pour embêter les insectes phytophages qui se délectent de salade, chou, carotte, poireau et autres est la tanaisie. On peut utiliser le feuillage pour pailler les plantes à protéger ou plus tard dans la saison faire toutes sortes d’infusion, macération, décoction pour repousser les insectes. Mais cette-ci, je l’ai isolée dans un coin du jardin pour contenir ses penchants impérialistes !

Le pommier fleurit...




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photos : Christine Laurent pour Reporterre sauf dessin de la tanaisie.

DOSSIER    Jardin sans pétrole

22 octobre 2018
VIDÉO - Comprendre les déchets nucléaires en 5 minutes
Info
18 octobre 2018
Quelles entreprises françaises continuent d’investir dans le charbon ?
Une minute - Une question
23 octobre 2018
Et si le conte du colibri n’était pas gnan gnan...
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)