Les paysannes se lèvent contre le sexisme dans l’agriculture

12 septembre 2018 / Lorène Lavocat (Reporterre)

En France, le sexisme du monde paysan est plus prégnant que dans le reste de la population du fait notamment d’une longue tradition de division des tâches entre hommes et femmes. Alors que la profession se féminise, l’égalité fait son chemin jusqu’aux portes des syndicats, qui s’entrouvrent en grinçant.

Quand Sylvie [1] a voulu acheter un outil à la coopérative agricole, l’employé lui a répondu : « Votre mari en a déjà un, et vous, vous voulez un balai ? » Lorsque Serge et Marie passent avec leurs bêtes dans le village, les badauds s’enthousiasment sur « le beau troupeau de Serge ». Bien que Geneviève ait donné tous les noms des vaches au contrôleur, ce dernier se sent obligé de vérifier auprès du « patron ». Alors que Valérie s’est mariée en gardant son nom, tous les courriers arrivent adressés à celui de son mari.

Ces petites phrases n’ont rien d’anodin, elles reflètent le sexisme prégnant dans le monde agricole. Enfilées telles des perles, elles finissent par constituer un lourd et encombrant collier pour les paysannes. « J’ai dû me battre toute ma vie pour me faire entendre, considérer et reconnaître », dit Véronique Léon, chevrière en Ardèche et membre de la commission Femmes de la Confédération paysanne.

Aujourd’hui proche de la retraite, associée avec son mari, elle se rappelle le long combat qu’a été l’obtention de droits sociaux égaux à ceux des hommes. « Quand j’ai commencé dans les années 1980, je ne pouvais prétendre à aucun statut, explique-t-elle. Je me suis lancée comme “ayant droit de mon conjoint” — en fait, ayant droit de rien, juste le droit de me tuer au travail, éventuellement de tomber malade, mais surtout pas de prétendre à un vrai statut et à la retraite. » L’égalité statutaire ne sera atteinte qu’en… 2010, avec l’autorisation du Gaec (groupement agricole d’exploitation en commun) entre époux.

« C’est toujours la femme qui part pour aller chercher du travail, c’est elle la variable d’ajustement » 

Autre cheval de bataille des paysannes, le congé maternité. « Il n’a été aligné sur celui du régime général qu’en 2008, raconte Jacqueline Cottier, à la tête de la Commission nationale des agricultrices de la FNSEA. Et encore aujourd’hui, 40 % des femmes ne le prennent pas, parce qu’il peut être difficile de déléguer le travail, ou parce que le mari estime qu’il n’y a pas forcément besoin. »

L’égalité en droits ne s’est donc pas forcément traduite sur le terrain. « Il n’y a pas forcément plus de machisme dans le monde agricole qu’ailleurs, mais dans les fermes, il s’inscrit particulièrement dans une division des tâches très clivée, expose Clémentine Comer, sociologue. Il y a cette idée que femmes et hommes sont complémentaires dans leurs compétences et savoir-faire, mais cette complémentarité n’est bien souvent qu’un cache-sexe masquant des rapports hiérarchiques. »

L’enquête réalisée début 2018 par la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) auprès de 2.500 agricultrices bio est, à ce propos, édifiante. « Quand elles exploitent leur ferme en couple, les femmes héritent quasi systématiquement du travail administratif (80 %), décrit le rapport. Elles sont également assignées à d’autres tâches bien spécifiques : elles prennent souvent en charge les activités de diversification (vente à la ferme, au marché, transformation), s’occupent des animaux, mais ne montent généralement pas sur le tracteur pour s’occuper des cultures. » Au travail à la ferme s’ajoutent les tâches ménagères. Et en la matière, souligne l’enquête, les inégalités sont beaucoup plus flagrantes que dans le reste de la population : « 66 % des agricultrices bio affirment prendre en charge les tâches ménagères en totalité ou presque, alors que seulement 26 % des Françaises faisaient le même constat en 2005. »

Dans les Hautes-Alpes, Amélie Griveau et Jean-Baptiste Martin s’occupent ensemble d’une quatre-vingtaine de brebis brigasques.

Elles sont également nombreuses à avoir un autre emploi, en dehors de la ferme, souvent pour sécuriser l’économie du foyer. « Dans les périodes de crise, quand les revenus viennent à manquer, c’est toujours la femme qui part pour aller chercher du travail, c’est elle la variable d’ajustement, observe également Jacqueline Cottier. Elles sont de ce fait plus alertes, plus attentives aux difficultés que pourrait connaitre l’exploitation. »

Et la situation n’est pas spécifiquement française. Du côté espagnol des Pyrénées, en Estrémadure, Lola élève 60 brebis avec son compagnon. « Le travail des paysannes est souvent invisible et peu reconnu, constate-t-elle. On est souvent la “femme de”, ou alors des animaux de cirque, “la jolie bergère qui conduit seule son troupeau”. Ce qui se traduit par un manque d’estime de soi et de confiance. » Sans oublier les violences conjugales, « difficiles à dénoncer dans des milieux ruraux très nucléaires et restreints, où tout le monde se connait ».

« Les agricultrices ont longtemps été des travailleuses invisibles, absentes des statistiques » 

« Les agricultrices ont longtemps été des travailleuses invisibles, absentes des statistiques ; elles ne travaillaient pas, elles aidaient leurs maris », confirme un rapport du Sénat sur la question, publié en juillet 2017. Qui observe néanmoins une féminisation progressive du monde agricole : si les femmes représentent aujourd’hui un quart des chefs d’exploitation et des coexploitants, elles constituent un tiers des nouveaux installés. Dans l’enseignement agricole, elles sont désormais 37 % dans les filières de production ; elles étaient moins de 10 % il y a quarante ans. En tout, qu’elles soient exploitantes, associées ou salariées, le ministère de l’Agriculture comptabilisait en 2016 près d’un demi-million d’actives agricoles.

Mais féminisation ne rime pas avec représentation au sein des organisations agricoles. Pour sa thèse, Clémentine Comer s’est penchée sur la question. « Les organisations agricoles n’échappent pas à l’existence d’une division sexuée horizontale des responsabilités, écrit-elle dans la revue Campagnes solidaires. Il existe une surreprésentation des femmes dans les “petits” mandats (à caractère sociaux, territoriaux, ou dans la valorisation de filières de niche), et de l’autre, leur quasi-absence dans les mandats prestigieux (syndicaux, économiques et techniques). »

À cela s’ajoute une division verticale des mandats : « Plus présentes à l’échelle locale, les responsables féminines passent difficilement les seuils d’engagements départementaux, et plus encore régionaux. »

Lora Demolliens et ses chèvres, en Ardèche.

Pourquoi de tels clivages ? « Les femmes engagées évoquent les tensions entre les sphères de vie, la nécessité d’une organisation millimétrée, des équilibres précaires, des tiraillements, et parfois, un sentiment de culpabilité », poursuit la chercheuse. D’autant plus que le modèle de militantisme reste fondé sur une forte disponibilité. Sans parler d’un ensemble de représentations symboliques profondément sexistes : « L’archétype du dirigeant demeure calqué sur des attributs masculins assez stéréotypés (ambition, tonus, hauteur de vue, pilotage, charisme…), décrit-elle. En miroir, les stéréotypes “féminins” fonctionnent comme autocensure, voire comme autodisqualification des femmes par rapport à l’exercice du pouvoir (elles demandent moins de promotion que les hommes, ne font pas montre d’ambition…). » Conséquence, elles ne sont que deux femmes sur 26 membres du bureau de la FNSEA, trois sur dix à celui de la Coordination rurale. La Confédération paysanne fait mieux, puisque trois secrétaires nationaux sur sept sont des agricultrices. Mais, au niveau local, les premiers résultats d’une enquête interne montrent que seuls trois comités départementaux sur les 22 étudiés ont pour porte-parole une femme.

« Le plafond de verre est toujours une réalité, admet Jacqueline Cottier. Il faut que les messieurs laissent leur place, et ça va prendre du temps. Mais on avance, grâce en particulier aux progrès législatifs. » Depuis 2014, la loi impose en effet une représentation équilibrée des femmes aux élections professionnelles agricoles.

« C’est une vigilance de chaque instant, il faut sans cesse oser s’exprimer, oser dénoncer le sexisme ordinaire » 

Face à ces difficultés d’être écoutées et représentées au sein des instances classiques, nombre de paysannes se retrouvent au sein de groupes non mixtes. La FNSEA dispose ainsi depuis plus de cinquante ans de commissions d’agricultrices, au niveau local et national. À la Confédération paysanne, la commission Femmes a notamment obtenu la féminisation de tous les textes publics (communiqués, revue). Mais ce sont bien plus que des groupes de pression pour l’égalité, souligne Clémentine Comer : « Les femmes cherchent des groupes de pairs avec qui elles partagent ce vécu commun de discrimination et de sexisme, elles vident leur sac dans cet espace de confiance créé par la non-mixité. »

En Espagne, Lola fait partie d’un réseau d’éleveuses et de bergères, « Ganaderas en red », constitué en 2016 par une vingtaine de paysannes. Elles sont aujourd’hui près de 130 à travers tout le pays. « En s’organisant entre femmes, nous créons un espace de confiance, d’écoute et d’attention, au sein duquel on peut gagner en estime de soi, arrêter de se dévaloriser et surmonter nos peurs, décrit-elle. Nous sommes unies en tant que femmes par les problèmes auxquels nous sommes confrontées, mais aussi par une façon commune de voir le monde et la profession agricole en particulier. La non-compétition, la recherche d’égalité, l’autogestion, l’attention à l’autre et le soutien mutuel imprègnent nos relations. »

Ces groupes non mixtes sont aussi des lieux de formation et de partages d’expérience, autant que de revendication. Afin de valoriser le travail des éleveuses, le collectif Ganaderas en red a ainsi réalisé et diffusé, avec beaucoup de succès, plusieurs vidéos parodiques.



« Le combat continue, rien n’est jamais acquis, note Véronique Léon. Nous devons gagner en représentativité dans les organisations agricoles, et en reconnaissance tant sociale que professionnelle. C’est une vigilance de chaque instant, il faut sans cesse oser s’exprimer, oser dénoncer le sexisme ordinaire. Et même si le mot féminisme fait peur à beaucoup de paysannes, c’est bien de cela qu’il s’agit : lutter pour l’égalité entre femmes et hommes, dans tous les domaines. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Ces histoires vraies sont tirées d’un des articles du numéro de juin de la revue Campagnes solidaires, intitulé Paysannes, en avant.


Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre

Photos :
. Amélie : © Lorène Lavocat/Reporterre
. Lora : © Marie Astier/Reporterre

THEMATIQUE    Agriculture Luttes
16 octobre 2018
Le changement climatique interpelle les citoyens, mais pas les dirigeants de Rhône-Alpes
Chronique
12 novembre 2018
La taxe carbone est utile si elle sert à des politiques écologiques
Tribune
10 novembre 2018
Radio Bambou : L’incroyable voyage des hirondelles de cheminée
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture Luttes





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)