Le monde sauvage, l’autre face de notre humanité

6 novembre 2018 / Virginie Maris

Virginie Maris, dans « La Part sauvage du monde », réhabilite l’idée de nature et défend la préservation du monde sauvage contre les fantasmes prométhéens d’un contrôle total.

  • Présentation du livre par son éditeur :

En déclarant la mort de la nature, nombreux sont ceux qui voient dans l’Anthropocène l’occasion de prendre enfin les commandes d’un système-terre entièrement modelé par les humains.

À rebours de cet appel au pilotage global, Virginie Maris réhabilite l’idée de nature et défend la préservation du monde sauvage. Elle revisite pour cela les attributs de la nature que les fantasmes prométhéens du contrôle total s’appliquent à nier : son extériorité, en repensant la frontière entre nature et culture ; son altérité, en reconnaissant la façon dont les non-humains constituent leurs mondes tout comme nous constituons le nôtre ; et enfin son autonomie, en se donnant les moyens de respecter et de valoriser ces mondes multiples.

L’auteure invite à remettre au cœur de la réflexion sur la crise environnementale la nécessité de limiter l’emprise humaine sur la planète, en redonnant toute sa place au respect de cette nature indocile qui peuple nos paysages, nos imaginaires, et qui constitue finalement l’autre face de notre humanité.

Virginie Maris est philosophe de l’environnement au CNRS. Elle travaille au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE) à Montpellier. Ses travaux portent sur la biodiversité, les sciences de la conservation, les valeurs de la nature ou encore les rapports entre écologie et économie. Elle est l’auteure de Philosophie de la biodiversité. Petite éthique pour une nature en péril (Buchet-Chastel, 2010) ainsi que de Nature à vendre. Les limites des services écosystémiques (Quæ, 2014).


  • La Part sauvage du monde. Penser la nature dans l’Anthropocène, de Virginie Maris, éditions Le Seuil, septembre 2018, 272 p., 19 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
16 novembre 2018
En procès à Dijon, les faucheurs d’OGM se disent « lanceurs d’alerte »
Reportage
17 novembre 2018
Honneur aux cloportes !
Chronique
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre