Reporterre chaleureusement accueilli aux 17es Rencontres de Die

1er février 2019 / Adrien Prévost (Reporterre)

Ambiance chaleureuse, plafonds drapés des couleurs rouge et jaune tibétaines, odeurs de cuisine, bénévoles souriants, discussions et débats animés… aux Rencontres de Die, l’accueil n’est pas un vain mot !

Les organisateurs des 17es Rencontres de Die (du 25 janvier au 3 février, dans la Drôme) se sont démenés pour que chaque journée porte son thème en accueillant des personnes « ressources ». Ainsi, le vendredi 25, intitulé « Porteurs de sens », a notamment reçu le jovial Riccardo Petrella, accompagné d’Audrey Pulvar, pour parler des « trois audaces mondiales » que sont déclarer illégale la pauvreté, mettre fin à la finance actuelle et désarmer la guerre. Quoi de mieux qu’un atelier où l’on passe vingt minutes à se plonger dans les yeux d’un(e) inconnu(e) pour bien commencer le samedi 26, baptisé « Humanité solidaire » ? Après cela, on se sent profondément humains… À la mi-journée, un débat s’est animé autour du film Le Roundup face à ses juges, en présence de Marie-Monique Robin, la réalisatrice. « Tisserands de paix » était le thème du dimanche 27, et également le titre de l’intervention du philosophe Abdennour Bidar, qui nous a parlé de l’importance des liens : à soi, à l’autre, et à la nature. Enfin, Marie Toussaint et Pablo Servigne ont ouvert un débat original autour de la question « Faut-il donner des droits à la nature ? » Eh oui, l’espèce humaine est menacée mais les escargots le sont aussi. Alors, pourquoi ne pas utiliser l’outil juridique pour les protéger ?

Les Rencontres de Die ne sont pas seulement ces noms familiers qu’on retrouve dans les médias, au cinéma et sur des couvertures de livres. Ce sont aussi en moyenne une douzaine d’autres conférences, découvertes et ateliers par jour, un foisonnement de propositions de projets (habitats participatifs, écolieux…), l’aménagement créatif d’un espace (zone de gratuité, grainothèque, buvette à prix libre, matériauthèque, yourte à enfants, stands d’associations).

De quoi mesurer la richesse de ce rassemblement, et son invitation à « s’engager ensemble… pour une terre de vie, de paix, de liens », comme l’indique le thème des Rencontres de cette année.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Adrien Prévost pour Reporterre

Photos : © Adrien Prévost/Reporterre sauf
. chapô : Marie-Monique Robin et Adrien Prévost sur le stand de Reporterre aux Rencontres de Die. © Aline Yvain

14 février 2019
La saga française de l’écologie politique
À découvrir
15 février 2019
Face à l’urgence écologique et sociale, place aux gilets jeunes !
Tribune
15 février 2019
La voiture autonome ? Une catastrophe écologique
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre